bandeau.JPG

Marché d'une lame funéraire (1570)

Dans une église, une lame funéraire était la plaque métallique servant à fermer la plate-tombe d’un seigneur, d’un dignitaire ecclésiastique ou d’un notable. Elle était généralement revêtue de l’épitaphe et des armoiries gravées du défunt.

 

Nous avons ici le marché passé le 7 avril 1570 [1] entre Pierre Normain, un maître imagier et peintre parisien assez reconnu en son temps, et Renée de Percy [2], veuve de Vespasien de Castelnau, seigneur de la Mauvissière, pour graver la lame funéraire de ce dernier.

 

En tant que sculpteur, Pierre Normain avait notamment travaillé pour le duc de Nevers et d’assez nombreuses fabriques de Paris et sa région [3]. Le terme d’image s’appliquait alors à toute forme de représentation d’une personne ou d’un objet, que ce soit par sculpture, peinture, gravure ou broderie.

 

Quant à Vespasien de Castelnau, lieutenant de cinquante hommes d’armes des ordonnances du Roi, il venait d’être tué au siège de Saint-Jean-d’Angély [4], à la fin de l’année précédente. Il était issu d’une famille de la noblesse seconde, et avait notamment pour frère aîné Michel de Castelnau, aussi seigneur de la Mauvissière, militaire, gouverneur de Saint-Dizier, mais surtout auteur de Mémoires et ambassadeur pour le Roi en Angleterre.

 

Ce marché ne précise pas explicitement où se trouve le tombeau, mais on peut supposer qu’il se situait en l’église de Saint-Maurice-Thizouaille, à l’ouest d’Auxerre, village dont Charles Blosset, le premier mari de Renée de Percy, avait été le seigneur. Ce tombeau semble avoir disparu.

-----

[1] Archives nationales, Minutier Central, III-298, fol. 144 r°, Me Adrien Fournyer.

[2] Ou de Precy, selon A.-M. Moreau, « Fleury sous la féodalité et pendant la Révolution », Annuaire historique du département de l’Yonne, 53e année, vol. 3, Auxerre, 1889, p. 183.

[3] Catherine Grodecki, Documents du Minutier central des notaires de Paris. Histoire de l’Art au XVIe siècle, Paris, 1986, tome II, p. 82-84.

[4] Place forte protestante assiégée par les troupes de Charles IX, du 16 octobre au 2 décembre 1569 (Troisième guerre de Religion).

Marché de 1570 : transcription

Marché 1570.jpg

« Pierre Normain, maistre imager et painctre à Paris, demeurant rue

Vielz Tixerranderye [1], confesse avoir faict marché et convenant [2]

à noble dame Renée de Percy, veufve de feu [biffé : me] hault et

puyssant seigneur messire Vasparien [3] de Castelnau, luy vivant

chevalier de l'ordre du Roy, seigneur de la Mauviciere, lieutenant de

cinquante hommes d'armes pour le Roy, residant à Sainct

Morice Tirouaille [4], près la ville d'Auxerre, à ce presente, ce

acceptant, de faire, fournyr et livrer pour ladicte [biffé : veufve] dame dedans [5]

le huictiesme jour de may prochain, une [biffé : tumbe qui] lame de

cuyvre de deux piedz et demy de long [6] et deux piedz de

large [7], sur laquelle sera engravé d'un costé troys armoryes

timbrées [8] aux armes dudict deffunct telles qui luy seront

baillées et figurées par ladicte dame dedans lundy, et pareillement

d'engraver [biffé : autre au dessoubz de] au meilleur desdictes troys

[biffé : troys] armoyryes ung cœur dans ung chappeau de trionphe [9]

environé de palmes, et au bas d'icelle aussy en graver

l'escripture qui luy sera aussy baillée par ladicte dame, contenant en

briefz motz et substance le temps [biffé : du et des] des decedz

et trespas des deffunctz seigneurs de Sainct Morize et de

Mauvysieres, avec leurs qualitez et seigneuries, avec la charge

de messe perpetuelle en l'eglise de [en blanc] fondée

par ladicte dame [renvoi en marge *]. Ceste promesse faict moyennant le pris

et somme de cinquante livres tournois, sur quoy ledict Normain confesse

avoir receu d'icelle dame la somme de vingt livres tournois, dont etc.

quictant etc., et le surplus promect et gaige [biffé : le] payer audict

Normain ou au porteur en livrant ladicte lame ainsy gravée

comme dict est. Car ainsy etc. promectans etc. obligeans chacun endroict

soy etc. renonceans etc. Faict et passé l'an mil cinq cens soixante dix,

le vendredy septiesme jour d'avril. »

 

[renvoi en marge * :

« laquelle

escripture

sera de forme

et simentée

bien et deuement. »]

 

Ainsi signé : E. Brulé, notaire, avec paraphe / A. Fournyer, notaire, avec paraphe.

 

-----

[1] Rue Vieille-Tisseranderie, ancienne rue près de l’Hôtel-de-Ville.

[2] Convention, accord.

[3] Vespasien. La famille de Castelnau - qui aimait les empereurs romains - avait donné le prénom de Titus à un autre frère de Vespasien.

[4] Saint-Maurice-Thizouaille (89110). Le clerc avait initialement écrit Tizouaille, rectifié en Tirouaille.

[5] Avant.

[6] Environ 82 cm.

[7] Environ 65 cm.

[8] En héraldique, le timbre est un ornement extérieur placé au-dessus du blason, et servant à désigner la qualité de la personne qui le porte.

[9] Le chapeau de triomphe est un ornement décoratif en forme de guirlande qui peut contenir une devise ou des armes.